Cadavre sexy – épisode 6 (par Marie Vareille)

Une comédie romantique gratuite à suivre chaque mercredi

Clara soupira et commença à jouer avec le couteau en argent sur la nappe damassée. L’absurdité de la situation lui sautait aux yeux. Elle avait été prête à accepter un rendez-vous secret avec un parfait inconnu… Peut-être était-il temps qu’elle se pose les bonnes questions. Eric avait ses défauts, mais au moins il était fidèle. Elle, elle courait en talons et sous-vêtements en dentelle à l’appel du premier inconnu qui lui envoyait trois vers en anonyme ? Qu’est-ce qui lui passait par la tête en ce moment ?

Eric, toujours au téléphone, faisait des allers-retours devant l’accueil du RTS. Il eut un petit signe d’excuses à l’attention de Clara qui se força à sourire et détourna les yeux.

En face de Christian Lechevalier, la sublime jeune femme qui l’accompagnait babillait avec animation. Pour passer le temps, Clara détailla le physique du chirurgien qui déchaînait les passions au cabinet. God Himself, n’était-ce pas un peu exagéré ? D’accord, son costard impeccable, sa nonchalance virile, sa barbe de trois jours qui dessinait une ombre sur sa forte mâchoire lui donnait un air de Tom Hardy plutôt agréable à regarder. Évidemment, certaines femmes devaient se demander en le voyant ce que ça ferait de déboutonner les premiers boutons de sa chemise amidonnée, d’arracher cette cravate trop sage, de faire glisser sur ses épaules musclées le coton blanc impeccablement repassé et de le…. Elle réalisa soudain que God Himself la dévisageait l’air intrigué. Depuis une bonne minute, elle le fixait en fantasmant toute seule comme une gourde. Elle rougit et fit mine de chercher quelque chose de très important au fond de son sac, dont elle renversa bien entendu l’intégralité du contenu sur la moquette crème du RTS. Un serveur se précipita pour l’aider à ramasser.

— Alors, ma chérie, tu détruis le restaurant ? demanda Eric qui revenait en riant.
Il se rassit en face d’elle.

— Vous nous apporterez une bouteille de champagne rosé, le meilleur s’il vous plait, déclara-t-il au serveur.

Le serveur s’éloigna et Clara remarqua alors qu’Eric triturait un bouton de son costume et arborait un sourire un peu crispé. La dernière fois qu’elle l’avait vu aussi stressé, c’est le jour où il lui avait proposé de faire un plan à trois avec la voisine. Après la gifle que Clara lui avait assénée en guise de réponse, il avait juré ses grands dieux qu’il plaisantait.

Eric prit une grande inspiration et se lança.

— Ma chérie, si je t’ai invitée ici ce soir, c’est que je voulais te parler. J’ai bien réfléchi et j’ai compris que tu avais besoin pour t’épanouir de te marier et d’avoir des enfants.

Dans le cerveau de Clara, une alarme d’incendie se mit à sonner en mode évacuation du Titanic.

Alerte rouge, je répète, alerte rouge… 

— Comme tu le sais, poursuivit-il après mon divorce plus que douloureux, pendant longtemps je n’ai pas été prêt à m’engager une deuxième fois ou à me projeter de nouveau avec des enfants, a fortiori quand on considère le niveau de perfection atteint avec mes enfants actuels.

Evacuation immédiate exigée. Merci de laisser tous vos objets personnels et de vous diriger calmement vers les sorties de secours. 

— Mais j’ai mûri à tes côtés et je ne veux plus te négliger comme il m’est arrivé de le faire, que ce soit à cause de mon travail ou de ma famille et aujourd’hui puisque c’est important pour toi, je suis prêt à m’engager de nouveau.

Voilà. Ce moment qu’elle attendait depuis des années, allait arriver. Et c’était parfait. C’était parfait parce qu’elle portait des sous-vêtements à tomber par terre et des talons aiguilles qui, même s’ils allaient probablement lui faire perdre l’usage de ses pieds compte tenu de la douleur atroce qu’ils généraient, lui faisaient des pieds de déesse. Et certes, Eric n’avait pas le demi-sourire un peu bad boy de Christian Lechevalier, ou ses fesses de joueur de rugby qu’on devinait sous le costard Armani, mais c’était Eric. C’est normal que la routine génère doutes et interrogations parfois, mais au pied du mur (et à trente-sept ans, on ne va pas se mentir, Clara était au pied du mur), elle réalisait que l’homme de sa vie était Eric, le futur père de ses enfants et…

— Je vais aux toilettes, coupa-t-elle brutalement, incapable de gérer la tempête d’émotions contradictoires qui venait de se déchaîner dans sa tête.

Elle se leva d’un seul coup et sous le regard stupéfait d’Eric, se dirigea presque en courant vers les toilettes Stark du RTS. Elle s’y engouffra et se posta devant les lavabos.

— Respire par le ventre, ordonna-t-elle tout haut à son reflet rouge vif dans la glace impeccable, respire ou tu vas mourir !

Le stress ou le manque d’oxygène devait lui donner des hallucinations, puisque dans le miroir, elle vit soudain le reflet de Christian Lechevalier en train de remonter sa braguette.

— Vous vous sentez bien, Clara ?

Des hallucinations qui parlaient, de mieux en mieux. Le chirurgien entreprit de se laver la main tout en observant Clara d’un air inquiet.

— Qu’est-ce que vous fichez dans les toilettes des femmes ? demanda Clara agacée, bien obligée de constater qu’une hallucination capable d’ouvrir et de refermer un robinet n’était sans doute pas vraiment une hallucination.

Le regard ironique de Christian Lechevalier indiqua la rangée d’urinoirs qui s’alignaient derrière Clara.

— Oh, constata Clara, gênée, ils ont dû faire des travaux, avant c’était les toilettes des femmes.

Puis, désireuse de changer le sujet de la conversation, elle débita d’une traite :

— Mon compagnon va me demander en mariage…

Il haussa un sourcil amusé.

— Et vous fêtez ça dans les toilettes des hommes, je comprends…

— Je ne sais pas si je dois accepter, poursuivit Clara de plus en plus paniquée, je crois que je ne l’aime plus !

Si ce déballage très personnel et incontrôlé le surprit, il n’en laissa rien paraître.

— C’est fâcheux, en effet.

— Vous pensez que je dois accepter ?

Christian Lechevalier réajusta son noeud de cravate dans la glace et se tourna vers Clara. Son regard tranquille la détailla des pieds à la tête et elle eut l’impression que sa robe venait de disparaître. Il hésitait.

— Vous voulez vraiment mon opinion ?

— Oui.

Evidemment, il était absurde d’imaginer que Christian Lechevalier avec qui elle n’avait guère échangé que des horaires d’injections de botox et des décalages de rendez-vous d’augmentation mammaire exprime une opinion éclairée sur sa vie sentimentale, mais quand on a cinq minutes devant une rangée d’urinoirs pour prendre une des décisions les plus importantes de sa vie, on fait avec les moyens du bord.

Le chirurgien poussa un léger soupir et ses yeux amusés jusqu’ici redevinrent sérieux.

— Vous êtes bien trop jolie pour vous marier, dit-il, qui plus est avec un homme que je vois dîner au RTS tous les mardis soirs en tête-à-tête avec une jeune femme qui, vous me voyez désolé de vous l’apprendre, n’est pas vous.

lire_la_suite_bouton


Marie_Vareille_auteur
Auteur : Marie Vareille

Marie Vareille a eu son premier coup de foudre à six ans et demi, le jour où elle a lu un roman pour la première fois. Diplômée en management de l’ESCP-Europe et de l’université de Cornell aux Etats-Unis, elle n’a jamais oublié son amour des histoires, elle est aujourd’hui une romancière un brin geek et accro à son smartphone. 
Elle est l’auteur de trois romans : Ma Vie, mon ex et autres calamités (City Editions, 2014), Je peux très bien me passer de toi (Charleston, 2015 – Premier Prix des Lectrices du Webzine Confidentielles) et d’un roman jeunesse : Elia, la Passeuse d’âmes (Pocket Jeunesse, 2016).
Elle est aussi blogueuse sur le blog Fan de chick-lit.  
Site / Facebook /Twitter / Instagram / Blog

You may also like