Cadavre sexy – épisode 7

—Ah ? s’étrangla Clara, je pense que vous devez confondre…Ce n’est pas possible.

—Je crois bien que si, répondit Christian en jetant un dernier regard dans le miroir… Mais je suis là, si vous voulez, je peux vous consoler.

Il venait de se planter devant elle et l’observait sans bouger, les yeux à nouveau rieurs.

—Non. Je ne vous crois pas. La seule chose que je crois c’est que…

Continue Reading

Cadavre sexy – épisode 6

Clara soupira et commença à jouer avec le couteau en argent sur la nappe damassée. L’absurdité de la situation lui sautait aux yeux. Elle avait été prête à accepter un rendez-vous secret avec un parfait inconnu… Peut-être était-il temps qu’elle se pose les bonnes questions. Eric avait ses défauts, mais au moins il était fidèle. Elle, elle courait en talons et sous-vêtements en dentelle à l’appel du premier inconnu qui lui envoyait trois vers en anonyme ? Qu’est-ce qui lui passait par la tête en ce moment ?

Eric, toujours au téléphone, faisait des allers-retours devant l’accueil du RTS. Il eut un petit signe d’excuses à l’attention de Clara qui se força à sourire et détourna les yeux.

Continue Reading

Cadavre sexy – épisode 5

Clara – 20.25

Je suis en place. Je répète, je suis en place. Je peux t’appeler ?

Delphine – 20.25

Grouille alors, c’est l’heure du bain donc de la guerre. Gustave tient ça de son père, il a un rapport compliqué avec l’eau #Grrrr

Clara soupira soulagée. Dans cinq minutes, elle avait rendez-vous avec le mystérieux inconnu au RTS. Le bouquet de lys blancs, la lingerie PLUS le Restaurant Très Secret , l’un des meilleurs de Paris, c’était, avait conclu Delphine après avoir pris connaissance des quelques mots sur la carte qui accompagnait le paquet Aubade, le « combo de l’amoureux parfait ».

Un dîner ?

RTS

Vendredi. 20h30.

Clara pouffa en se disant que la découverte de l’invitation dactylographiée lui avait fait autant d’effet que lorsqu’elle avait compris en lisant Autant en emporte le vent qu’entre Scarlett et Rhett  tout serait possible.

Continue Reading

Cadavre sexy – épisode 4

Les joues de Clara hésitaient entre le carmin et l’écarlate.
— Le petit salaud !
— …
— L’ordure…, reprit-elle en tapant du poing sur table, faisant trembler dangereusement les verres.
— …
— Je vais le… me… te…
— Un problème avec Éric ? tenta Delphine.
Clara reposa violemment son portable sur la table et tourna vers son amie des yeux étonnés.

Continue Reading

Cadavre sexy – épisode 3

La journée s’était déroulée comme souvent, sans que Clara trouve une seconde pour penser, se poser, téléphoner ou même prendre le temps d’une pause déjeuner. Et ça n’était souvent pas plus mal, car cela lui évitait de ressasser l’attitude quotidiennement exaspérante d’Éric. En revanche, cette fois-ci, l’attention de la jolie assistante médicale avait été plus qu’absorbée par le petit théâtre virevoltant de la clinique. Un à un, elle avait détaillé ses protagonistes, cherché dans une attitude, un regard ou une gêne soudaine, même imperceptible, à démasquer chez les quatre médecins dont elle gérait les agendas, l’amoureux transi.

Las ! Lebon était resté fidèle à lui-même, enchaînant sans sourire les grippés, les nauséeux et les malades imaginaires ; Taïeb avait ri avec sa jovialité habituelle à chaque poignée de main rassurée de ses patients inquiets – le dentiste conservait sans conteste la place maîtresse dans l’imaginaire angoissé des salles d’attente –, God avait passé un long moment avec sa Pute, pardon Pouzzh, avant de foncer à son club de tennis en ânonnant un « à plus tard » peu amène, quant à David Bloch, il avait appelé pour la prévenir qu’il était d’accouchement. Le mystère restait entier, et le colonel Moutarde avec son chandelier. 

Continue Reading

Cadavre sexy – épisode 2

Quelle femme normalement constituée ne profiterait pas d’un bouquet envoyé par un prétendant pour titiller la jalousie d’un compagnon un peu distrait ? Distrait au point d’oublier de l’embrasser avant de partir. Distrait au point d’oublier de la demander en mariage après trois ans de vie commune. Distrait au point d’oublier de lui faire l’enfant dont elle rêvait….
Clara prit le temps de disposer les lys blancs dans grand vase, sur la console de l’entrée, le genre de signal que même un grand malade de la distraction ne pouvait rater en rentrant chez lui. Elle se demanda si elle laissait aussi la carte en évidence, et puis non. Les mots de Christian Bobin étaient pour elle. C’était son secret.

Elle regarda le bouquet, puis la carte de visite et sourit. Les fleurs venaient de chez Lachaume. L’amoureux mystère faisait dans le grand chic. « Toi mon pote, tu ne vas pas rester inconnu très longtemps » dit-elle au carton de bristol.

Continue Reading

Cadavre sexy – épisode 1

— Tu comprends, si ça se trouve, on est à un cheveu d’une guerre civile ou mondiale d’ailleurs… Va savoir ! Personne ne sait, s’écria Eric de la salle de bains
« Eh oui ! » répondit doucement Clara, en rabattant la couette sur les édredons. « C’est ici que tu vas l’ avoir ta guerre civile mon pote ! » pensa-t-elle.
À chaque fois qu’elle parlait mariage et/ou bébé, c’était la même chose. Il répondait politique, géo-politique et les gouvernements des grandes puissances qui naviguaient à la va-comme-je te pousse dans le brouillard. Même Obama ! On ne comprenait pas ce qu’il voulait, ce type !

Elle, Clara, savait très bien ce qu’elle voulait. Elle allait avoir trente-sept ans au mois de novembre, quatre ans de vie commune avec Eric et… et puis voilà ! Pour Eric, tout était parfait ainsi. L’officialisation, la bague, une pièce montée et puis un bébé, mais nooonn… Il avait déjà connu tout ça, c’était très surfait. Marié pendant 17 ans, le chéri avait eu un divorce difficile et avait été obligé de faire quinze jours de plongée sous-marine dans le sud de l’Italie pour s’en remettre ! Avec ses quatre meilleurs copains !

Continue Reading

Manifeste pour la comédie romantique

JE PENSE DONC JE RIS

 

On ne choisit pas la comédie romantique, c’est elle qui nous choisit.
Un jour, elle se pointe sur ses talons aiguilles et balance, l’haleine légèrement parfumée au champagne : « Toi ma fille, tu vas écrire pour moi. À toi les happy end, les meilleures copines bourrées, les héros irrésistibles, les course-poursuites dans les aéroports et les quiproquos. » Et elle s’en va, en titubant légèrement (c’est désormais notre BFF), dans un nuage de paillettes. Nous, on reste là, comme des connes, alors qu’on rêvait d’écrire une auto-fiction torturée. Et on se dit : « Pourquoi moi ??! » 
Écrire pour se faire du bien, c’est mal. Écrire pour faire du bien, c’est très mal. Pourtant, au commencement, il y avait bien Adam et Eve, deux personnages de comédie romantique créés par Dieu lui-même, avec en guest un serpent qui parle comme dans un Walt Disney. Dire que si le héros avait choisi une pêche, des millénaires de relations homme-femme auraient été bouleversés…
Quelques années plus tard, Molière, Marivaux, Beaumarchais, Guitry et Colette ont écrit des comédies sentimentales qui ont marqué leur époque, fait sauter des verrous, évoluer les mœurs, mais surtout, ils nous ont fait rire.
Et puis il y a eu Bridget Jones, Carrie Bradshaw, Becky Bloomwood, et vous et nous, qui tentons de décrypter les rapports amoureux et de capter l’air du temps tout en répondant à des questions aussi existentielles que :
– Faut-il boire le mojito à moitié vide ou à moitié plein ?
– Est-il mentalement sain de vouloir les cheveux lisses quand on a les frisés, ou inversement ?
– Le bol est-il la nouvelle assiette ?
– Pourquoi « elle » avec « lui » ?
– Faut-il googler « Daniel Craig nu » ou « Tom Hardy célibataire » ?
– La femme est-elle un homme comme les autres ?
Nous, Isabelle Alexis, Tonie Behar, Adèle Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Levy et Marie Vareille, nous dévouons pour répondre à ce genre d’interrogations fondamentales, et militons pour le droit à la comédie romantique. Après tout, un couple sur deux ne se sépare pas (même si on ignore toujours les chiffres officiels de leur consommation d’anxiolytiques). 
Alors vive la comédie romantique, genre mineur, dont on a un besoin majeur !

 

Ce manifeste a été publié le 16 mars 2016 sur

terrafemina             huffington-post-logo.jpg

Continue Reading